Votre aide change des vies

Chaque dollar est investi de façon à pourvoir au mieux-être de notre clientèle, que ce soit en clinique adulte, adolescent(e) ou enfant. Les sommes recueillies nous permettent d'accroître les heures de thérapie offertes et favorisent la diminution des délais d’attente pour notre clientèle.

Les services offerts à La Traversée sont gratuits.
Faire un don

Voici l'histoire de trois enfants qui ont brisé le silence

Cloé

débutait sa première année lorsqu’elle a été agressée par deux garçons de 9 ans dans la cour de son école. Souffrante de l’agression l’ayant blessée physiquement, et menacée d’être frappée avec un couteau si elle parlait, la fillette a éprouvé de la terreur dans les mois suivants.   Cauchemars, crises de larmes, incapacité à se déshabiller pour se laver, peur de la cour d’école et traumatisme des parents désemparés ont fait l’objet d’un patient travail de thérapie.   Le système scolaire ne sachant trop comment soutenir Cloé, l’enfant a dû changer d’école pour retrouver un sentiment de sécurité. Après 8 mois de suivi à La Traversée, Cloé s’est apaisée et le souvenir des « mauvais garçons » est moins présent.  

Aidez-nous

Jacob

a été abusé sexuellement par son père. Sa mère savait, mais fermait les yeux sur la situation. Cette trahison des figures parentales a laissé de nombreuses cicatrices sur son cœur d’enfant. Vivant aujourd’hui en famille d’accueil, Jacob a dû faire preuve de beaucoup d’adaptation et de courage. Dépression et anxiété ont été le quotidien de Jacob pendant plusieurs mois. Bien que soulagé que les abus aient cessé, il s’est aussi senti responsable de l’éclatement de sa famille et de l’emprisonnement de son père.   Petit à petit, Jacob traverse cette tempête et reprend contrôle de sa vie. Depuis le début de son suivi à La Traversée, il a beaucoup cheminé. Aujourd’hui, Jacob n’a plus d’idées noires et apprend, peu à peu, à se défaire de sa culpabilité et à vivre sa vie d’enfant.  

aidez-nous

Léna

est rencontrée à La Traversée après une visite médicale ayant révélé la présence d’une infection transmissible sexuellement, dont souffrait aussi son grand‑père maternel, qui la gardait régulièrement. Ce dernier ayant toujours nié l’inceste, la petite était effrayée à l’idée de l’identifier comme l’agresseur.   Protégée par sa maman, elle a pu trouver un espace de parole en thérapie. Léna a d’abord exprimé sa peur en faisant des jeux révélateurs mettant en scène des princesses soumises à des bêtes effroyables ou encore des dinosaures dévorant les sous-vêtements de petites poupées.   De fil en aiguille, après une année de soutien, Léna s’est mise à parler clairement des multiples agressions dont elle fut victime. Son grand-père fera bientôt l’objet d’une arrestation.  

aidez-nous